Soigner les exilés à la frontière

Sociologie de la santé et de la migration

Nous ne sommes pas face à une crise des réfugiés mais nous parlons bien de crise de l'Europe face à l'arrivée des exilés (Héran, 2015). A l'heure où l'Europe et ses États membres multiplient les murs et barbelés aux frontières, choisissent la répression et l'éloignement des personnes pour gérer l'arrivée des exilés transformés - sous l'effet de cette politique dissuasive - en indésirables (Agier, 2008) : quelles sont les conséquences de telles mesures sur ces vies humaines du point de vue médical ? Que disent les blessures quotidiennes des patients de ces politiques migratoires ? Et qui sont ces soignants de l'exil qui soulagent et réparent les corps de ceux que l'on appelle le plus communément "migrants" ?

Mes travaux de recherche portent surtout sur le travail de soin effectué auprès des exilés qui errent sur des lieux-frontières (Paolo Cuttitta, 2015), j'essaie de comprendre comment on peut caractériser cette nouvelle forme de médecine - "médecine à la frontière - en m'appuyant sur des terrains situés sur la Côte d'Opale.

Je me suis d'abord intéressée dans le cadre d'une thèse au travail médical exercé à la permanence d'accès aux soins de santé de Calais et Dunkerque. Désormais, j'essaie de documenter le travail mené par les soignants à l'unité médico-légale de Boulogne-sur-Mer.

J'utilise essentiellement la monographie, l'ethnographie et le documentaire pour traiter mes thématiques de recherche.


© 2018 Chloé Tisserand
Optimisé par Webnode
Créez votre site web gratuitement !